A la une de la prochaine Cohorte

Nice: « Il n’y a pas de héros, il n’y a que des victimes ! »

Ils sont cinq. Nommés le 1er janvier, chevalier de la Légion d’honneur dans le cadre d’une promotion spéciale. Quatre hommes et une femme confrontés, le 14 juillet 2016, à l’horreur à Nice. 86 morts, 458 blessés. Ils estiment, sobrement, avoir alors fait leur devoir. Voici leur histoire.

« Vite ! » Franck demande fermement à Corinne, sa femme et passagère de descendre du scooter. Ce qu’elle fait immédiatement. Le couple a quitté, il y a quelques minutes, à 22h15 leur domicile niçois situé à moins de deux kilomètres de la Promenade des Anglais. Ils envisageaient d’aller voir le feu d’artifice mais finalement, ils ont dîné tranquillement. Alors, va pour une glace sur le cours Saleya. Leur plus jeune fils, âgé de 16 ans, se trouve place Masséna. Cette journée de fête nationale a été longue. Responsable d’exploitation des pistes à l’aéroport niçois, Franck Terrier a pris son service à 5h30. Et travaillé jusqu’à 14h.

Pour l’heure, ils sont tous les deux sur « la Prom ». A hauteur de Magnan, vers 22h30, Corinne entend du bruit, bouge, se retourne. Leur deux-roues est dépassé, sur la droite, par un camion blanc qui roule à grande vitesse…

 

Lire la suite du reportage dans La Cohorte 227 à paraître le 10 mars 2017.

 

Si vous n’êtes pas ou plus abonné à la revue La Cohorte, pour activer votre abonnement, cliquez ici.

 
Nous sommes le 20-02-2017 et il est 12:23