L'histoire de l'ordre
de la Légion d'honneur

La Légion d'honneur est la plus élevée des distinctions nationales. Elle est la récompense de mérites éminents acquis au service de la Nation, à titre civil ou militaire.

29 floréal An X, création de la Légion d’honneur

En 1802, le Premier Consul crée la Légion d’honneur.

Un ordre à la fois civil et militaire

Le caractère civil et militaire de la Légion d’honneur a été une expression de la volonté du général Bonaparte qui y voyait un ferment de l'unité nationale. Pour lui : " l'armée, c'est la Nation…  Si l'on distinguait les hommes en militaires et civils, on établirait deux ordres, alors qu'il n'y a qu'une Nation ".

Un symbole de continuité

Deux empereurs, trois rois et cinq Républiques ont succédé à Bonaparte et ont conservé la Légion d'honneur comme premier ordre national. Le chef de l'état en est toujours le Grand Maître. Le collier de cette prestigieuse fonction lui est remis par le Grand chancelier dès son investiture.

Les changements de régime n’entraînent pour l'Ordre que des modifications mineures : le remplacement symbolique du médaillon central du grand collier ou la suppression du serment du nouveau chevalier, par exemple.

Un ordre prestigieux

La Légion d'honneur impose un certain protocole lors de l'admission d'un nouveau membre, de sa promotion à un grade ou de son élévation à une dignité supérieure : il est décoré par un membre d'un grade ou d'une dignité au moins égale et ne prend rang dans l'ordre qu'à la date effective de la remise de cette réception.

La Légion d'honneur est un ordre qui comporte cinq degrés :

> 3 grades : chevalier, officier et commandeur.

> 2 dignités : grand officier et grand'croix.

Une légitimité toujours actuelle

Pour les civils comme pour les militaires, être décoré de la Légion d’honneur est considéré comme l’expression de la reconnaissance de la Nation à ceux qui lui ont rendu des services civils ou militaires éminents.

 

 

Processus

Les ministres, dans les limites de leur contingent, adressent leurs propositions au grand chancelier trois fois par an : le 1er janvier, le 1er avril et le 1er octobre.

Ces propositions sont communiquées par le grand chancelier au conseil de l’ordre qui se prononce sur la recevabilité des propositions.

Elles sont finalement soumises au Grand Maître à qui appartient, en dernier ressort, la signature des décrets.

La publication des nominations et promotions paraît au Journal Officiel :

> à titre civil : 1er janvier, Pâques et 14 juillet

> à titre militaire : mars (réserves – mutilés) et 1er juillet (active – anciens combattants)

 
Nous sommes le 20-02-2017 et il est 12:24